Hypnose / EMDR / HTSMA

HYPNOSE

L’hypnothérapie utilise des techniques d’hypnose pour traiter certains troubles comme la dépression, l’anxiété, les addictions, la gestion du stress, etc. L’hypnothérapie est différente de “l’hypnose de spectacle”: pendant la séance, le patient est plongé dans ce qu’on appelle un “état de conscience modifié”, mais il reste conscient, garde le contrôle de lui-même, il n’y a pas d’amnésie après la séance.



Cet état de conscience modifié est atteint naturellement quand par exemple nous regardons un film avec la sensation d’être “plongés dans l’histoire”, quand nous sommes au volant de notre voiture sur une trajet bien connu et laissons nos pensées émerger “comme si la voiture conduisait toute seule”, ou simplement quand nous sommes “dans la lune”. C’est un état de conscience différent qui peut être qualifié “d’hyperconcentration détendue” caractérisé entre autres par un calme intérieur et une perte de la notion du temps. Aujourd’hui l’imagerie médicale (IMR fonctionnelle et Pet-scan) peut mettre en évidence la différence de fonctionnement du cerveau en état d’hypnose, prouvant sa réalité.

Cet état hypnotique est reproduit grâce à l’aide du thérapeute. Il est utilisé pour avoir accès aux ressources infinies de notre inconscient: nos connaissances, notre compréhension des choses, nos souvenirs accumulés tout au long de notre vie. Certaines de ces données nous conditionnent inconsciemment aussi, et expliquent parfois nos comportements nocifs et contraires à nos véritables valeurs.

En hypnothérapie, le patient devient plus réceptif à certaines suggestions. Il est capable d’agir sur la façon dont il perçoit la réalité. Ceci l’aidera à trouver en lui de nouveaux comportements, d’éloigner les causes d’une souffrance, de se défaire d’un croyance injustifiée de son inconscient liée à son passé.

L’hypnothérapie est un outil complémentaire pour les médecins, les dentistes les psychologues.
En médecine, elle est surtout utilisée pour gérer la douleur, mais c’est aussi une aide au traitement en dermatologie ou en allergologie par exemple.
En psychologie, ses applications sont nombreuses: stress, phobies, insomnies, addictions, dépression, anxiété, estime de soi, problèmes relationnels, gestion du poids, etc.

L’hypnothérapie est de plus en plus reconnue et utilisée par les professionnels de la thérapie.

 

 

HTSMA

La thérapie HTSMA :Hypnose, Thérapies Stratégiques et Mouvements Alternatifs provient d’une association entre l'Hypnose Ericksonienne, la Thérapie Brève et l'EMDR (eye movement desensitization and reprocessing) ou désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires.

Conçue à l’origine pour traiter les vécus psycho-traumatiques complexes dans une approche interactionnelle, l’HTSMA est aujourd'hui généralisable à d’autres problématiques :

  • troubles de l’attachement ;
  • dépression et Peurs anticipatoires ;
  • conduites addictives ;
  • douleurs (aigues, chroniques) ;
  • intervention de crise.

 

« l'HTSMA se veut être une approche relationnelle dans laquelle le thérapeute s'implique. Elle cherche à utiliser et à amplifier ce que la relation humaine peut contenir comme effet thérapeutique afin de permettre au patient d'activer ses ressources et ses compétences.

 L'HTSMA, une thérapie du présent orienté vers le  futur qui engage patient et thérapeute dans une expérience partagée  qui mobilise à la fois la sensorimotricité, l'imaginaire et l'esprit .Le passé est orienté vers le présent.

 

Cette modélisation repose sur des hypothèses simples :

1.  Le thérapeute va s’installer dans une posture de non savoir. Il va créer  un espace de sécurité dans lequel le patient va pouvoir vivre une expérience différente  et nouvelle de celles pour lesquelles il consulte.

2.   Cette expérience est l'expression  d'une co-construction  entre le sujet d'une  part et le thérapeute d'autre  part.

3.   Cette expérience est plus qu'une  expérience émotionnelle correctrice, c'est  une expérience qui engage le sujet dans son entier (sensoriel, émotionnel, comportemental, cognitif) dans sa relation à lui-même, aux autres et au monde. Il s'agit  d'un mouvement sur lequel va s'appuyer  la thérapie pour l'amplifier  en termes de changement.  Tout sujet a en lui et autour de lui des ressources qui peuvent être mobilisées dans le sens de l'amélioration.

4.   La partie dysfonctionnelle  (pour le sujet - symptômes)  peut être utilisée comme une métaphore d'hypnose  négative et va servir à l'induction  du processus thérapeutique.

5.   La partie saine va être mise en évidence et amplifiée (recadrages, métaphores).

6.   Le travail de réassociation par le tissage (sensoriel, imaginaire, cognitif) entre la partie saine et la partie dysfonctionnelle va amener à une nouvelle expérience, exprimée par une posture différente.

7.   C'est à partir de cette nouvelle expérience que va s'effectuer  le travail d’anticipation dans le futur.

 

Pour ce faire, le thérapeute utilise divers outils et techniques dont :

  • les techniques de questionnement issues des thérapies brèves et d’autres spécifiques à l’HTSMA,
  • les stimulations alternatives afin d’accompagner le sujet et s’absorber suffisamment dans la mise en forme de son problème pour activer une expérience de changement. Cette expérience va rompre les boucles dysfonctionnelles (tentatives de solution) que le sujet vit avec lui-même, les autres et le monde, et permettre l’expression de modes relationnels plus adaptatifs, d’une histoire de vie. La pertinence du travail thérapeutique s’évalue à partir de ce qui change chez le sujet dans sa vie quotidienne.

Les stimulations alternatives (mouvements oculaires, tapping…) répondent aux mêmes objectifs que la lévitation telle que l’utilisait Milton Erickson en hypnose :

  • Technique d’induction de transe par focalisation / défocalisation
  • Accompagnement idéomoteur du processus thérapeutique et soutien de la relation patient / thérapeute
  • Ancrage des expériences ressources
  • Technique de tissage entre espace problème et espace ressource

 Cette modélisation, toujours en évolution, se réfère à l’approche systémique. Elle tisse, en un tout, les apports de l’hypnose Ericksonienne, des thérapies brèves : Palo Alto, le solutionnsime de Steve De Shazer, l’approche stratégico-constructiviste de Giorgio Nardone, l’approche narrative de Mickaël White, avec le protocole cognitiviste de l’EMDR de Francine Shapiro, les travaux sur l’attachement de John Bowlby et sur l’intersubjectivité de Daniel Stern.

 

L’HTSMA se veut une modélisation ouverte qui permet de tisser une coopération avec d’autres approches médicales et/ou thérapeutiques. »

Dr  Eric BARDOT - Psychiatre, pédopsychiatre, psychothérapeute